Tumeur de l’hypophyse : une innovation chirurgicale déployée par la Fondation A. de Rothschild et l’Hôpital européen Georges Pompidou, AP-HP

Tumeur de l’hypophyse : une innovation chirurgicale déployée par la Fondation A. de Rothschild et l’Hôpital européen Georges Pompidou, AP-HP

Communiqué de presse

Le Dr Dorian Chauvet, neurochirurgien à la Fondation A. de Rothschild, a réalisé des travaux de recherche robotique, en partenariat avec le Pr Stéphane Hans, chirurgien ORL à l’Hôpital Européen Georges Pompidou, AP-HP.

Ces travaux ont permis d’identifier une nouvelle voie d’intervention chirurgicale pour les tumeurs de l’hypophyse (région appelée base du crâne commandant de nombreuses fonctions hormonales de l’organisme).

Pour la première fois au monde, des patients ont pu bénéficier de cette technique innovante et mini-invasive, passant par la bouche et la gorge (voie transorale), et assistée par le robot Da Vinci ®.

L’indication opératoire a été posée en consultation de neurochirurgie à la Fondation A. de Rothschild.

L’acte chirurgical est réalisé à l’Hôpital Européen Georges Pompidou, AP-HP.
L’intervention s’appuie sur l’utilisation du robot Da Vinci ® d’Intuitive Surgical qui se compose :

  • d’une station robotique avec trois bras articulés, au bout desquels sont fixés des instruments mobiles sur 360°
  • d’une console de commande à distance où le chirurgien est assis avec une vision du champ opératoire en 3D
  • et d’une colonne vidéo à la tête du patient retransmettant les images au 2ème chirurgien

Cette technique permet d’accéder directement à la région hypophysaire et de façon mini-invasive.
Elle évite donc les désagréments rhinologiques liés à l’approche transnasale conventionnelle (méchage post-opératoire prolongé, lavages de nez répétés, rhinite crouteuse, épistaxis, synéchies, etc).
Les patients bénéficient ainsi d’un meilleur confort post-opératoire.

Pour le chirurgien, cette technologie permet une démultiplication des gestes et une meilleure précision de dissection. Le risque de tremblement physiologique de l’opérateur est aboli. Par ailleurs, la visualisation du foyer opératoire est un enjeu crucial. Dans la chirurgie conventionnelle, la vision endoscopique se fait en deux dimensions. L’utilisation du robot Da Vinci offre au contraire une vision en 3D permettant une excellente visualisation du foyer opératoire et une très bonne appréciation des reliefs de ce dernier.

Tous ces éléments concordent en un confort d’exercice du chirurgien, mais surtout en une meilleure sécurité de son geste, favorable in fine au patient.

L’opération nécessite la présence de deux chirurgiens. Elle est divisée en 4 temps forts :

  • L’abord muqueux de l’os sphénoïde (qui contient la tumeur hypophysaire) se fait directement en commandant les instruments du robot dans la cavité buccale
  • Le fraisage de cet os sphénoïde est réalisé par le neurochirurgien, à la tête du patient
  • L’enveloppe du cerveau (dure-mère) est ouverte avec précision à l’aide du Laser CO2 fibre souple, commandée par le robot. Ceci permet l’accès à la lésion, qui est retirée
  • Pendant toute la durée de la chirurgie, la visualisation du foyer opératoire est excellente, en 3D grâce au vidéo-endoscope du robot

Le suivi post-opératoire se fait dans le respect des règles habituelles de surveillance des patients opérés de tumeurs hypophysaires, d’abord en salle de réveil de l’Hôpital Européen Georges Pompidou, AP-HP, puis dans le service de neurochirurgie de la Fondation A. de Rothschild pour une durée de sept jours. Le patient est ensuite revu en consultation par le Dr Dorian Chauvet.

A propos de la Fondation A. de Rothschild :

Créée il y a plus de 110 ans, la Fondation A. de Rothschild prend en charge toutes les pathologies de la tête et du cou, depuis le dépistage jusqu’à la chirurgie des cas les plus complexes, adultes et enfants, urgents et programmés. Apparaissant chaque année en tête du classement des meilleurs hôpitaux français, elle bénéficie de techniques et d’équipes médico-chirurgicales de pointe.

L’activité du Service de Neurochirurgie du Pr Lot s’appuie sur la multidisciplinarité de la Fondation A. de Rothschild et s’enrichit des collaborations étroites avec les services d’ophtalmologie, de neuroradiologie et d’ORL. Grâce à ces coopérations historiques, ce service a atteint une expertise nationale dans les tumeurs de la base du crâne, dont les tumeurs hypophysaires font partie intégrante. Le Dr Dorian Chauvet a poussé la réflexion sur ces pathologies par le prisme de la chirurgie robotisé depuis plusieurs années. Ses travaux publiés, cadavériques et anatomiques, ont pu aboutir à une étude clinique inédite.

La Fondation en 2015 :

  • Plus de 900 salariés dont 225 médecins
  • 100 M€ de budget annuel et 11 M€ d’investissement
  • 341 000 consultations et actes techniques, 17 300 interventions au bloc et 34 000 urgences ophtalmologiques
  • 121 études de recherche clinique et 92 publications scientifiques
  • 678 étudiants

A propos de l’AP-HP :

L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire à dimension européenne mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 8 millions de personnes malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Ile de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent.

A propos de l’Hôpital Européen Georges Pompidou :

L’Hôpital Européen Georges-Pompidou, du Groupe Hospitalier Paris Ouest de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, répond aux besoins de santé de près de 600 000 habitants. L’hôpital est reconnu pour ses expertises des pathologies de l’adulte notamment dans les domaines de l’oncologie, des maladies cardiovasculaires et rénales, ainsi que des urgences. Il est doté de plateaux techniques complets et performants, d’imagerie, de radiologie interventionnelle et de biologie. Son infrastructure est moderne et novatrice.

Le Pr Stéphane Hans au sein du service d’ORL de l’HEGP a développé des techniques de chirurgies minimales invasives au Laser et au robot depuis 2009. La cohorte de patients atteints de cancers ORL opérés par le robot da Vinci est l’une des plus importantes d’Europe.

Contact médias

AP-HP : Anne-Cécile Bard et Marine Leroy – 01 40 27 37 22 – service.presse@aphp.fr

Fondation Rothschild :
Monique Fabre – Directrice du développement et de la communication : 01 48 03 67 51 – mfabre@for.paris
Audrey Malacain – Chargée de communication : 01 48 03 67 15 – amalacain@for.paris